Pourquoi on ovule?

par 8 mai 2019Santé des femmes0 commentaires

Pourquoi on ovule?

par 8 mai 2019Santé des femmes0 commentaires

Quand je pense à l’ovulation, je pense automatiquement à mon ignorance de jeune femme qui n’avait AUCUNE idée du quand, du quoi, du pourquoi et du comment de l’ovulation. Bien sûr, j’avais appris le cycle menstruel à l’école, mais chacun de ces événements nous était présenté comme si seule la fertilité de la femme en dépendait.   

Jamais on ne nous a expliqué que, grâce à l’ovulation, on produisait la cruciale et irremplaçable progestérone. 

Jamais on ne nous a dit que, en absence de cette hormone, notre corps ne pouvait fonctionner normalement.  

Jamais on ne nous a dit que la contraception hormonale supprimait l’ovulation. 

Bref,  je n’avais aucune idée de ce que se passait vraiment.

Jerilynn Prior, endocrinologue, directrice scientifique du Center for Menstrual Cycle and ovulation Research – que j’ai eu l’honneur de rencontrer lors du Integrative Fertility Symposium en avril dernier – l’explique très bien :

 

«Ovulatory cycles are both indicator and creator of health.»

 

Ça veut dire qu’une ovulation régulière est indice que le corps est en équilibre au niveau neuroendocrinien. Et créatrice de santé, parce que c’est principalement en ovulant que l’on produit notre précieuse progestérone.

 

À quoi sert la progestérone?

Outre rendre ton utérus un endroit confortable et douillet pour une future implantation, la progestérone rempli tout plein d’autres fonctions dans le corps.

Elle active le métabolisme, stimule l’activité de la thyroïde et stabilise la communication entre l’hypothalamus et les glandes surrénales. Ainsi elle contribue à une bonne production d’énergie.

Elle participe à la motilité intestinale, grâce à son effet relaxant sur le muscle du côlon, qui peut expliquer les difficultés du transit tout juste avant les règles lorsque sa production baisse.

Sur le cerveau, elle produit un effet calmant, apaisant, et protège de l’anxiété. Elle favorise un sommeil profond et améliore la mémoire.

À cela, s’ajoutent des bénéfices pour la densité osseuse, car elle stimule l’activité des cellules responsables de la synthèse de nouveau tissu osseux. Ovuler durant sa vie fertile est donc un facteur de prévention de l’ostéoporose à la ménopause.

Aucun dérivé synthétique de la progestérone – comme ceux que l’on retrouve dans les contraceptifs hormonaux – ne peut avoir ces effets souhaitables sur le corps, seule la progestérone naturelle remplit tous ces rôles.

 

Comment savoir si j’ovule?

Premièrement, si ta contraception est hormonale, ton ovulation est bloquée par celle-ci.

Les méthodes de contraception qui préservent l’ovulation sont : le condom, la méthode sympto-thermique et le stérilet de cuivre. La contraception est un sujet épineux et complexe, je sais que ces méthodes ne conviennent pas à tous les besoins et contextes. Mais il est bon d’initier la réflexion.

Ensuite, plusieurs signes physiques nous indiquent que l’ovulation approche ou qu’elle a lieu. Les plus clairs sont : la glaire cervicale (quantité et texture), le col de l’utérus (position et ouverture) et la température basale qui augmente après l’ovulation. Pour apprendre à interpréter ces trois signes, va suivre la formation gratuite de Seréna Québec sur la Méthode sympto-thermique (MST). C’est un petit 3 heures bien investi qui, à mon avis, devrait être obligatoire pour toutes les femmes (et les hommes). Aussi, de nombreuses applications  de MST sont de plus en plus efficaces pour suivre le cycle et prédire l’ovulation. Ma préférée est Natural Cycles, mais il y en a d’autres aussi.

 

Comment encourager l’ovulation?

La clé numéro 1 : une alimentation saine, variée, à dominance végétale et, surtout, suffisante.

Crois-le où non, lorsqu’on mange peu de calories (par exemple lors des régimes amaigrissant ou à restrictions en hydrates de carbone ou bien en cas de troubles alimentaires), le corps perçoit cela comme une situation de famine et l’ovulation n’est pas encouragée. Ton corps a besoin de te savoir en sécurité et bien nourrie  pour te rendre fertile!

À l’opposée, une alimentation hyper-calorique comme le modèle de la diète nord-américaine (riche en sucres et en produits céréaliers raffinés, en huiles végétales raffinées et pauvre en végétaux) est elle aussi un obstacle à l’ovulation.

Des carences en cholestérol, vitamines B, zinc, magnésium, iode et sélénium peuvent aussi faire obstacle à l’ovulation.

D’autres facteurs de santé qui favorisent l’ovulation : une bonne gestion du stress (un petit peu, tous les jours!), éviter des toxines industrielles qui perturbent nos hormones (BPA dans les plastiques et reçus de caisse, par exemple), une routine d’activité physique régulière et une thyroïde en bonne santé.

Tu as des questions au sujet de l’ovulation? Poses-les moi dans les commentaires!

– Marigil

Crédit photo : Larm Rmah

Marigil Pelletier, ND. A.

Bonjour!

Je m’appelle Marigil et je suis naturopathe agréée.

J’accompagne les femmes dans leur démarche vers une santé à la hauteur de leur potentiel. Je crois qu’une femme qui fait l’expérience d’une santé optimale peut tout accomplir.

Rendez-vous

Infolettre

Pin It on Pinterest